DESCRIPTION TECHNIQUE

L’allélopathie, c’est la propriété qu’ont certaines plantes d’émettre des molécules chimiques qui affectent la germination et/ou la croissance des mauvaises herbes. Les effets antigerminatifs sont inoffensifs sur les grosses semences (céréales, soya, etc.) et les transplants, mais affecteront la germination des cultures dont les semences sont plus petites. En utilisant des plantes allélopathiques comme culture de couverture, on peut diminuer la pression des mauvaises herbes tout en récoltant les bénéfices de garder son sol couvert. L’usage de plantes allélopathiques comme intercalaires est aussi possible, mais il importe de s’assurer qu’elles n’auront pas un effet négatif sur la culture. Les avantages ne s’arrêtent pas là, on peut rouler la plante allélopathique comme le seigle pour former ensuite un paillis végétal. La biofumigation est une technique similaire, elle implique d’incorporer dans le sol des crucifères dont la décomposition produira des molécules affectant les maladies du sol et les mauvaises herbes.

Parmi les cultures pouvant être utilisées pour leur allélopathie, on compte surtout le seigle, mais aussi la fétuque élevée, le blé, le pâturin des prés, le sorgho et le radis fourrager.

Faits saillants

Généralités

Avantages

  • Favorise les ennemis naturels et les pollinisateurs

  • Protège la couche arable contre l’érosion et la perte de fertilité

  • Augmente la matière organique (en fonction de la biomasse produite) et améliore la structure du sol

  • Mobilise les éléments fertilisants en surface

Défis

  • Risque d’inhiber la germination ou la croissance de la culture principale

  • Peut perpétuer une maladie ou un ravageur entre deux cultures

  • Efficacité dépendante de la météo

  • Peut nécessiter un passage de machinerie supplémentaire

Champs d'application

Sur la ferme

  • Annuelles
  • Feuilles larges
  • Graminées

Mise en place
à la ferme

  1. Déterminer les besoins à remplir par une culture alllopathique selon les mauvaises herbes à combattre et les interactions avec la culture prévue

  2. Choisir une période propice dans la rotation pour intégrer une culture de couverture ou une intercalaire allélopathique

  3. Procéder au semis

  4. Évaluer la levée et faire le point

Distributeurs

Coûts

Coûts d'implantation de
83$/ha-137$ha
pour le seigle

Dans le cas du seigle, l’une des plantes allélopathiques les plus utilisées, on parle de coût d’implantation pouvant osciller entre 83$/ha à 137$/ha (CRAAQ, 2016).

Subventions

52-67$/ha
annuellement sur 10 ha et plus

Programme Prime-Vert Volet 1 | Pratiques de conservation des sols – MAPAQ

  • 70 à 90% des dépenses admissibles (sur un montant forfaitaire de 75$/ha)
  • Superficie minimale de 10 ha pour être admissible
  • Maximum 15 000 $ pour la durée du programme (3000 $ / an)
  • À noter que les subventions pour Aménagement d’ouvrages de
    conservation des sols (4301-A) et Pratiques de conservation des sols (et 4301-B) sont cumulatives et ne peuvent pas dépasser 40 000$
  • Programme en vigueur jusqu’en 2023

Consulter votre bureau de direction régionale ou votre agronome pour plus d’information.

Personnes-ressources

Maryse
Leblanc

Ph. D., agr., malherbologiste
IRDA

Maxime
Lefebvre

M. Sc., malherbologiste
IRDA

Cesar
Chlela

M. Sc., agr.
Agrocentre Fertibec

Rédigé par Nicolas Chatel-Launay, B.Sc., entomologiste