DESCRIPTION TECHNIQUE

Une fois que toutes les option préventives, les méthodes d’intervention biologiques et physiques, ainsi que le niveau de sévérité de l’infestation ont été évalués, il arrive qu’une application de pesticides reste nécessaire. Dans ce cas, il est préférable d’utiliser les pesticides posant le moins de risques pour la santé et l’environnement. L’outil Sage Pesticides et les conseils d’un agronome sont vos meilleurs alliés pour faire un choix éclairé.

Un pesticide peut être classifié selon son spectre d’action (Affecte-t-il beaucoup d’espèces, ou seulement des espèces spécifiques?), son(ses) groupe(s) de gestion de la résistance (Y’a-t-il un risque de développer de la résistance?) et ses indices de risque pour l’environnement (IRE) et la santé (IRS). Lorsqu’on hésite entre plusieurs produits, le choix devrait être celui avec :

  • Un spectre d’action limité aux ennemis visés
  • Un groupe de gestion de la résistance qui ne sera pas réutilisé dans la même année et qui ne fait pas l’objet de risques de résistance importants
  • Des IRS et IRE les plus bas possibles

En plus de choisir un pesticide posant moins de risques, on pensera également à réduire les quantités appliquées par l’arrosage en bande ou l’arrosage de précision et à tout faire pour prévenir la dérive. Le port de l’équipement de protection approprié est également de mise.

Faits saillants

Généralités

  • Complémente le dépistage et l’arrosage de précision

  • Tenir un registre des pesticides facilite la démarche

  • S’applique à toutes les productions qui utilisent des pesticides

Avantages

  • Diminue les risques de développement de résistance

  • Limite les impacts sur les ennemis naturels et les pollinisateurs

  • Diminue les risques pour la santé des producteurs et des travailleurs

Mise en place
à la ferme

  1. Mettre en place des stratégies préventives contre les ennemis des cultures

  2. Bien connaître les ennemis à combattre dans vos champs à l’aide du dépistage, du soutien d’un conseiller et d’outils d’identification comme IRIIS ou le Laboratoire d’expertise et de diagnostique en phytoprotection

  3. Produire un registre avec l’outil IRPeQ express de Sage Pesticides pour évaluer les risques pour la santé et l’environnement de votre régie phytosanitaire

  4. Examiner votre registre avec un conseiller afin de trouver des pesticides posant moins de risques s’il n’y a pas d’alternative à leur utilisation

  5. Évaluer les résultats avec votre conseiller et poursuivre l’amélioration de vos pratiques, vous êtes sur la bonne voie

  6. Rapporter tout soupçon de développement de résistance auprès de votre conseiller ou de votre bureau de direction régionale, vous pouvez faire détecter la résistance des mauvaises herbes au CÉROM pour l’ensemble des productions agricoles du Québec

Distributeurs

Sources : Gossen et al., 2014 / Vanoosthuyse et al., 2018 / Flores-Mejia, 2018

Rédigé par Philippe Jetten-Vigeant, agronome et Nicolas Chatel-Launay, entomologiste