DESCRIPTION TECHNIQUE

Tu aimes ton sol et tu veux en prendre soin? Tu as donc sûrement entendu parler des cultures intercalaires. Avant d’entrer dans les détails, parlons nomenclature, question de clarifier la différence entre des intercalaires, des cultures de couverture et des engrais verts.

  • Une culture intercalaire, c’est une culture de couverture qui est semée en même temps que la culture principale et donc qui la côtoie pendant sa croissance;
  • Une culture de couverture, c’est une culture cultivée soit en dérobée (avant ou après la culture principale) ou en culture intercalaire (en même temps que la culture principale);
  • Un engrais vert, c’est une culture de couverture destinée à être incorporée au sol.

La grosse différence, c’est la période de semis (avant, pendant ou après), mais le but reste le même : coloniser le sol avec des racines pour en améliorer la santé. En fait, on prête aux cultures intercalaires (et à ses alter ego) de nombreuses propriétés : augmentation des rendements, réduction des coûts de production, amélioration du sol (structure, composition, activité biologique), gestion des éléments nutritifs (recyclage et ajout d’éléments nutritifs), contrôle des mauvaises herbes et des maladies et atténuation des impacts environnementaux liés aux cultures annuelles.

Pour arriver à de tels résultats, il est essentiel de bien choisir son mélange d’espèces en fonction de ses besoins et de la période de semis. Ainsi, il sera préférable de privilégier des mélanges complémentaires à la culture principale afin d’éviter la compétition. En effet, une culture intercalaire ne doit gêner ni la levée, ni la croissance de la culture principale. Les cultures les plus utilisées sont généralement des graminées et des légumineuses comme le ray-grass, le trèfle incarnat, le pois fourrager et le seigle d’automne.

Les cultures intercalaires se prêtent à différents types de production. Dans les cultures en allées (tomates, poivrons, aubergine, vergers), elles peuvent prendre la forme d’enherbement permanent où le but principal est d’améliorer, le plus souvent avec des graminées, la portance des allées non cultivées. Il existe aussi des systèmes de cultures intercalaires avec arbres feuillus, à ne pas confondre avec les haies brise-vent qui sont aussi des rangées alternées d’arbres et de cultures annuelles. Les haies brise-vent sont formées de bandes (plusieurs rangées d’arbres), alors que les cultures intercalaires sont plus souvent distribuées en rangées simples.

Faits saillants

Généralités

  • Sert d’alternative à l’utilisation d’herbicides résiduels

  • Généralement implanté avec ou juste après le semis de la culture principale

  • Complémente bien le non-labour

  • Incompatible avec le sarclage et l’application d’herbicides

  • Effet à long terme : diminution de la banque de semences adventices

Avantages

  • Favorise les ennemis naturels et les pollinisateurs

  • Protège la couche arable contre l’érosion et la perte de fertilité

  • Augmente la matière organique (en fonction de la biomasse produite) et améliore la structure du sol

  • Mobilise les éléments fertilisants en surface

  • Comble une partie importante des besoins en azote suite à un trèfle intercalaire

Défis

  • Peut perpétuer une maladie ou un ravageur entre deux cultures

  • Efficacité dépendante de la météo

  • Peut nécessiter un passage de machinerie supplémentaire

Champs d'application

Avoine

  • Annuelles
  • Feuilles larges
  • Graminées

Blé

  • Annuelles
  • Feuilles larges
  • Graminées

Orge

  • Annuelles
  • Feuilles larges
  • Graminées

Seigle

  • Annuelles
  • Feuilles larges
  • Graminées

Maïs grain

  • Annuelles
  • Feuilles larges
  • Graminées

Soya

  • Annuelles
  • Feuilles larges
  • Graminées

Brocoli

  • Annuelles
  • Feuilles larges
  • Graminées

Framboise

  • Annuelles
  • Feuilles larges
  • Graminées

Pomme

  • Annuelles
  • Feuilles larges
  • Graminées

Raisin

  • Annuelles
  • Feuilles larges
  • Graminées

Aubergine

  • Annuelles
  • Feuilles larges
  • Graminées

Tomate

  • Annuelles
  • Feuilles larges
  • Graminées

Poivron

  • Annuelles
  • Feuilles larges
  • Graminées

Courges & citrouilles

  • Annuelles
  • Feuilles larges
  • Graminées

Melons

  • Annuelles
  • Feuilles larges
  • Graminées

Concombre

  • Annuelles
  • Feuilles larges
  • Graminées

Chou chinois

  • Annuelles
  • Feuilles larges
  • Graminées

Laitue

  • Annuelles
  • Feuilles larges
  • Graminées

Pois

  • Annuelles
  • Feuilles larges
  • Graminées

Haricots

  • Annuelles
  • Feuilles larges
  • Graminées

Mise en place
à la ferme

  1. Choisir l’espèce à semer en fonction de la vigueur de la culture, des herbicides utilisés, du type de sol et du moyen de contrôle voulu de l’intercalaire

  2. Déterminer les bons taux, méthodes et conditions de semis (une céréale d’automne ne permet que de semer à la reprise de la croissance alors qu’une céréale de printemps peut être sous-semée en pré-levée jusqu’à la récolte)

  3. Évaluer la levée de l’intercalaire

  4. Évaluer le besoin ou non d’un traitement herbicide

  5. Évaluer la survie hivernale puis le besoin ou non du contrôle de l’intercalaire par un traitement herbicide avant le semis de la culture suivante

Distributeurs

Coûts

50-450$/ha
pour l'implantation

Les coûts d’implantation de cultures de couverture utilisées en intercalaire comprennent le coût de la semence et des opérations culturales nécessaires à l’implantation.

Dans les grandes cultures, les coûts d’implantation oscillent entre 43$/ha pour le trèfle rouge semée dans une culture de céréale et 426$/ha pour la phacélie sous-semée dans le maïs grain (CRAAQ, 2016).

Le coût des semence est donc un facteur non-négligeable dans le choix des espèces composant les cultures intercalaires.

Subventions

70-90%
des coûts d'implantation

Programme Prime-Vert Volet 1| Interventions en agroenvironnement (B) | Pratiques de conservation des sols – MAPAQ

Consulter votre bureau de direction régionale, le directeur du Réseau Agriconseils de votre région ou votre agronome pour plus d’information

Retombées

Jusqu'à
30-120$/ha
d'économies en azote en semant du trèfle

Bien qu’il soit connu que les intercalaires ont un effet sur les rendements et les coûts de fertilisation minérale relatifs à la culture subséquente, il est impossible de généraliser.

Par exemple, en optant pour du trèfle, les économies en azote sur la culture suivante vont de 30 à 120$/ha dépendamment de plusieurs facteurs. Lorsque l’on déduit ce chiffre du coût des semis, le bilan net moyen se chiffre à un maigre 26$/ha de pertes (IRDA, 2015; OMAFRA, 2017). Outre l’apport en azote, les cultures intercalaires ont de retombées plus difficiles à chiffrer : elles peuvent servir de culture de couverture, d’engrais vert, de production semencière (afin d’abaisser le coût des semences), de culture-abri en système de semis sous couvert végétal permanent (SCV) ou encore de prairie. Sous ces formes, les intercalaires contribuent à l’amélioration de la structure du sol (apport de matière organique, décompaction, etc.), retiennent les nutriments lessivables comme l’azote et diminuent les populations de certains ravageurs comme la chrysomèle des racines, la pyrale du maïs et le nématode à kyste du soja dans le cas du trèfle.

Personnes-ressources

Sylvie
Thibaudeau

agr.
Club agroenvironnemental du bassin La Guerre

Louis
Pérusse

agr., conseiller en semis sous couvert végétal
SCV Agrologie

Marc-Olivier
Gasser

Ph. D., agr., chercheur en conservation des sols
IRDA

Nadia
Surdek

agr., conseillère maraîchère
Pleine Terre

Rédaction : Philippe Jetten-Vigeant, agr et Nicolas Chatel-Launay, B.Sc., entomologiste

Mis à jour : mai 2020