Faits saillants

Généralités

Avantages

  • Peut servir d’abri pour des ennemis naturels des ravageurs

  • Contribue à préserver la qualité de l’eau et la biodiversité aquatique

  • Stabilise les berges, réduit le lessivage et diminue les risques d’inondation

  • Peut être rentabilisé par la sylviculture, une culture fourragère ou fruitière

Défis

  • Requiert la mise hors-culture d’une bordure de champ, souvent moins productive

  • Nécessite un entretien annuel ou bisannuel

  • Mieux vaut être accompagné afin de respecter la réglementation

DESCRIPTION TECHNIQUE

Une bande riveraine est une zone végétalisée permanente en bordure d’une rivière ou d’un fossé qui agit comme zone tampon entre un champ cultivé et le milieu aquatique. En effet, les intrants appliqués dans les champs et les sédiments sont sujets au ruissellement et peuvent contaminer les cours d’eau. De plus, une berge sans végétation comporte un risque d’érosion et peut favoriser les rats musqués et les plantes exotiques envahissantes, comme la phragmite, plutôt que les ennemis naturels des ravageurs. En somme, prendre soin des bandes riveraines permet de garder nos ressources (sol, engrais) dans le champ et d’éviter qu’elles deviennent des polluants. Une bande riveraine élargie doit dépasser les distances réglementaires prescrites dans les lois provinciales, soit 3 mètres à partir de la ligne des hautes eaux, incluant 1 mètre sur le replat (Politique de protection des rives, du littoral et des plaines inondables). À noter que les lois municipales peuvent prescrire des règles plus strictes que les règles provinciales, d’où l’importance de vous informer auprès de votre MRC.

Le contenu présenté sur cette page ne constitue pas un texte de loi. En cas de doute, veuillez vous référer à la réglementation municipale et provinciale existant

Mise en place
à la ferme

  1. Informez-vous sur les règlements de votre municipalité concernant les terres agricoles cultivées

  2. Délimitez les points importants comme la ligne des hautes eaux en faisant appel à votre OBV, club-conseil, MRC ou par vous-même afin de de respecter la distance minimale légalement requise

  3. Cessez les arrosages de pesticides dans la zone délimitée

  4. Selon les besoins, choisir les espèces et les types de plantes (herbacées, arbustives, arborescentes) ou laisser place à la succession naturelle

  5. Plantez et/ou suivez l’évolution de la bande riveraine pour obtenir le résultat voulu et éviter l’établissement de plantes exotiques envahissantes

Distributeurs

Coûts

1,25 - 20,85$/m linéaire
selon le type de bande riveraine choisi

Le coût d’une bande riveraine est difficile à évaluer avec précision, puisque plusieurs facteurs peuvent le faire varier : l’équipement utilisé; le nombre, le type et la taille des végétaux requis; l’importance de la main-d’œuvre nécessaire, etc. Selon le type de bande riveraine choisi, les coûts sont estimés comme suit :

  • Bande riveraine herbacée : entre 1,25 $ et 2,50 $ le mètre linéaire, selon le type de semences utilisées.
  • Bande riveraine arbustive : environ 7,35 $ le mètre linéaire.
  • Bande riveraine arborescente : entre 9,85 $ et 20,85 $ le mètre linéaire, selon les essences d’arbres utilisées

On vous invite à consulter le détail des coûts sur Opération Bandes Riveraines.

Subventions

70-90%
des dépenses admissibles

Programme Prime-Vert Volet 1| Aménagements agroenvironnementaux durables intégrant des arbres et des arbustes ou étant favorable à la biodiversité – MAPAQ

  • 70-90% des dépenses admissibles jusqu’à concurrence de 20 000$ pour la durée du programme
  • Programme en vigueur jusqu’en 2023
  • Seules les bandes riveraines élargies (plus de 3 mètres) sont financées
  • Le cumul des subventions pour la mise en place et l’entretien des aménagements de type haies brise-vent, bandes riveraines, bandes fleuries et autres ne peut pas dépasser 40 000$
Rétribution financière
750$/ha
par année

Programme ALUS Montérégie – Fédération de l’UPA de la Montérégie et ALUS Canada

  • Programme en vigueur pour les producteurs de la Montérégie
  • Rétribution monétaire de 750$/ha pendant 5 ans
  • Période de dépôt en continu
  • Superficies minimales réglementaires (i.e. 3 m à partir de la LNHE) ne sont pas compensées
Jusqu'à
60%
des coûts du projet

Programme Mise en valeur de la biodiversité en milieu agricole – Fondation de la faune du Québec

  • Jusqu’à 60 % des coûts du projet jusqu’à concurrence de 30 000 $ (sur 2 ans maximum)
  • Dates butoirs annuelles pour dépôt de projet : 1er février et 1er octobre
N.B.

Il arrive que des municipalités, des MRC ou des organismes de bassins versants offrent annuellement des arbres ou des arbustes à faible coût. De plus, des projets d’aménagement de bandes riveraines pourraient être admissibles à des programmes ponctuels dans certaines régions.

Consultez votre bureau de direction régionale, votre fédération régionale de l’UPA, votre club-conseil ou votre agronome pour vous informer sur tous les programmes d’aide disponibles.  

Retombées

Les bandes riveraines peuvent contenir des espèces vivaces pouvant être récoltées pour leurs fruits, leur bois ou leur paille, comme le saule hybride ou le panic érigé. Le saule hybride possède le délai de rentabilisation le plus court, soit environ 3 à 6 ans après la plantation (pour 1 et 3 rangées, respectivement). Les feuillus nobles prennent plus de temps à rentabiliser, mais peuvent se vendre à fort prix selon l’essence. Un simulateur économique a été développé par Biopterre pour calculer la période de retour sur l’investissement et la valeur actualisée nette (VAN) des haies brise-vent et des bandes riveraines agroforestières.

Personnes-ressources

Marie-Pier
Maurice

biol.
Pleine Terre

César
Largaespada

biol., M.Sc.
Alus montérégie
450 774-9154 #5219

Geneviève
Audet

biol., M.Sc.
SCABRIC

Sources : Brisebois, 2010 / Vézina et al., 2009 / UPA, 2019 / Québec, 2018

Validé par Geneviève Audet, M.Sc. et Philippe Jetten-Vigeant, agr.