Faits saillants

Avantages

  • Réduit les pertes de fertilité et de superficie cultivable reliées à l’érosion des berges

  • Contribue à préserver la qualité et la biodiversité du milieu aquatique en captant les engrais, les pesticides et les sédiments responsables de problèmes de qualité de l’eau

  • Peut être constituée de plantes à valeur environnementale (refuge, haies brise-vent, etc.) et/ou commerciale (bois, fourrages, etc.)

Défis

  • Retire une superficie du champ, bien que cette zone soit moins productive que le reste du champ

DESCRIPTION TECHNIQUE

Une bande riveraine est une zone végétalisée permanente en bordure d’une rivière ou d’un fossé. Une bande riveraine élargie dépasse les distances prescrites dans les lois provinciales pour la bande riveraine réglementaire, soit 3 mètres à partir de la ligne des hautes eaux, incluant 1 mètre sur le replat (LQE, r.35). À noter que les lois municipales peuvent prescrire des règles plus strictes que les règles provinciales, d’où l’importance de vous informer auprès de votre MRC.

Une bande riveraine agit comme zone tampon entre un champ cultivé et le milieu aquatique. Les intrants appliqués dans les champs sont pour la plupart sujets au ruissellement et peuvent déborder dans les cours d’eau. Que l’on parle de pesticides, d’engrais ou de sol érodé, tout ce qui quitte le champ a un impact important sur le milieu aquatique et fera son chemin jusqu’aux lacs et rivières utilisés pour l’eau potable et les activités récréatives. Enfin, une berge sans végétation comporte un fort risque d’érosion et favorisera les rats musqués et les plantes exotiques envahissantes, comme la phragmite, plutôt que les ennemis naturels des ravageurs. En somme, prendre soin des bandes riveraines permet de garder nos ressources (sol, engrais) dans le champ et d’éviter qu’elles deviennent des polluants.

Le contenu présenté sur cette page ne constitue pas un texte de loi. En cas de doute, veuillez vous référer à la réglementation municipale et provinciale existante.

Mise en place
à la ferme

  1. Informez-vous sur les règlements de votre municipalité en terres agricoles cultivées

  2. Délimitez les points importants comme la ligne des hautes eaux en faisant appel à votre OBV, club-conseil, MRC ou par vous même afin de de respecter la distance minimale requise par la Politique de protection des rives, du littoral et des plaines inondables (LQE, r.35)

  3. Cessez les arrosages de pesticides dans la zone délimitée, comme requis par la Politique de protection des rives, du littoral et des plaines inondables (LQE, r.35)

  4. Choisir les espèces et les types de plantes selon les besoins (herbacées, arbustives, arborescentes) ou laisser la place à la succession naturelle

  5. Effectuez une plantation et/ou un suivi afin d’atteindre et de maintenir un modèle de bande riveraine qui convient à vos besoins et d’éviter l’établissement de plantes exotiques envahissantes

Distributeurs

Coûts

80-150$/km
seulement en pertes sur 3 m dû aux rendements inférieurs en bordure

Les bandes riveraines peuvent être établies à coût nul (soit simplement en cessant de cultiver une petite section d’un champ) ou au coût des végétaux implantés dans le cas d’un aménagement plus élaboré. Il est cependant plus simple de voir le coût comme une superficie de terres qui produit environ 17% moins de rendements que le reste du champ.

Subventions

70-90%
des dépenses admissibles

L’implantation de bandes riveraines élargies (soit à plus de 3 m de la ligne des hautes eaux) est subventionnée dans le cadre du programme Prime-Vert du MAPAQ à hauteur de 70-90% des dépenses jusqu’à concurrence de 20 000$.  Programme en vigueur jusqu’en 2023. Consulter votre bureau de direction régionale ou votre agronome pour plus d’information. Il n’existe pas de financement provincial en soutien au respect de la Politique de protection des rives, du littoral et des plaines inondables, dont les infractions sont passibles d’amendes municipales.

Il est également possible d’obtenir du financement en déposant votre projet auprès d’ALUS Montérégie. Les projets retenus seront compensés financièrement sur 5 ans. Les superficies compensées ne peuvent inclure des exigences réglementaires (i.e. 3 m de bande riveraine) et doivent être réalisés dans l’année suivant le financement.

Enfin, il est possible de déposer votre projet auprès de la Fondation de la faune du Québec dans le cadre du programme Mise en valeur de la biodiversité en milieu agricole. Le montant de l’aide financière accordée pourra couvrir jusqu’à 60 % des coûts du projet jusqu’à concurrence de 30 000 $. L’aide financière octroyée ne pourra s’étaler sur plus de deux années financières. Les projets doivent être déposés entre le 1er février et le 1er octobre de chaque année.

Enfin, certains organismes de bassin versant (OBV) proposent des arbres et arbustes destinés aux bandes riveraines à faible coût. Informez-vous auprès de votre OBV local.

Retombées

Jusqu'à
1450$/km
sur 10 ans pour une bande de 3 rangs de saule hybride

Les bandes riveraines peuvent abriter des arbres, arbustes, nichoirs ou milieux humides susceptibles d’attirer des ennemis naturels des ravageurs comme les bruants, les corvidés, les crécerelles, les crapauds et les chauves-souris. Ces dernières participent fortement au contrôle des insectes ravageurs en milieu agricole. De plus, elle peuvent contenir des espèces vivaces pouvant être récoltées pour leur bois ou leur paille, comme le saule hybride ou le panic érigé. Le saule hybride possède le meilleur délai de rentabilisation soit 3 à 6 ans après la plantation.

Personnes-ressources

Marie-Pier
Maurice

biol.
Pleine Terre

César
Largaespada

biol., M.Sc.
Alus montérégie
450 774-9154 #5219

Geneviève
Audet

biol., M.Sc.
SCABRIC

Validé par Geneviève Audet, M.Sc. et Philippe Jetten-Vigeant, agr.